4 mars 1915

Ma bien Chère Epouse

Très chère Maman, Chers Enfants

Je réponds à ta lettre du 19 et du 23 février. Excuse moi si j’ai attendu cinq ou six jours à t’écrire mais il m’a été impossible de le faire plutôt. Nous venons de passer quelques jours de mauvais. Tu verras dans les journaux ce qui c’est passé le 26 février. J’ai la chance d’avoir été retiré de cette tranchée il y avait deux jours. Tu peux remercier la Ste Vierge car nous avons en partie repris le terrain perdu et nous n’avons pas eu trop de mal. Les boches en se retournant ont laissé de nombreux morts. Nous avons été heureux du canon 75. Les boches après avoir pris la tranchée avait avancé et s’était réfugiés dans les fossés d’une route mais les coups de canon ont été très juste et les ont forcé à s’enfuir au plus vite. Mais la tranchée est perdu. Pour le moment je suis au repos pour je ne sais combien de temps on nous a promis huit jours mais nous pouvons partir d’un moment à l’autre. Ah Chère Epouse quand on est en face du danger sais tu combien on pense à la famille. Car quoique on dise que la fumée de la poudre vous excite ce qui est vrai néanmoins on pense à ceux qu’on a laissé là bas. Faut te dire aussi qu’on pense à Dieu et à la Ste Vierge. En ces moments là pas de fortes têtes et tout le monde pense au Tout-Puissant.

Le dimanche suivant la réception de ma lettre tu iras dire une petite prière à la Capelette pour moi pour remercier la Ste Vierge que je m’en sois sorti sain et sauf.
j’ai le cœur qui déborde mais je m’arrête car je ne ferais que te faire pleurer. Si malheureusement j’y restais pense à moi dans tes prières et sois forte et résolue.

Je puis te dire que je tiens ma conscience en règle de mon mieux tu peux être tranquille à ce sujet.

Fais toujours prier Elinou pour moi et pour Joseph et faut espérer qu’un jour nous nous reverrons tous ensemble.

J’ai écrit à Joseph il y a quelques temps et ma lettre avec la sienne se sont croisées. Je n’ai pas reçu ton colis du mois de décembre il sera perdu. Celui de jeanne non plus. Ton colis de viande m’a bien servi et a été excellent. Quant à l’imperméable il n’est pas encore arrivé il arrivera aujourd’hui sans doute.

Pour le sac que j’avais promis à Eli je n’ai pas pu l’expédier il est en lieu sur près la guerre on me l’enverra. Mais le meilleur est que pour moi je retourne, le reste tant pis.

Demain s’il n’y a rien de nouveau  je t’enverrai un mot. Embrasse les enfants pour moi. Ne vous faites pas trop de mauvais sang que la volonté de Dieu soit faite et non la nôtre.

Recevez tous un gros baiser de celui qui à travers l’espace ne cesse de penser à vous.

Première fourragère du 112e...
Première fourragère du 112e…
Source: gallica.bnf.fr

Advertisements

A propos histoiresnousici

Passionnée des vieux papiers et de généalogie, d'histoire et d'archéologie,de spéléologie,et curieuse de pleins d'autres choses ...
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s